L’Argus : cote auto, voiture d’occasion et actualité auto

La frontière de l'alcool et du shit?

Répondre
  • idiot gene #1 23-03-2010 05:14:51

    bonjour

    je lance cette file dont l'idée m'est venue grâce à Yaya85. Le mérite lui en revient donc. sm6

    Il n'est pas question d'aborder ici l'alcool au volant sous son aspect pénal (contraventions, sanctions, pour cela voir le forum droit pénal routier)
    ni de faire un défouloir pour moralisateur en mal de cracher son venin, de régler des comptes qui amenerait des échanges d'insultes (auquel cas je m'efforcerai d'appliquer strictement et sèchement le règlement).

    L'idée est que chacun puisse exprimer son vécu, ses interrogations, ses propositions pour mieux cerner le problème de l'alcool et de la route. Poser des questions aussi. Echanger quoi, c'est un peu ça le but d'un forum en général non?

    Ca peut-être un lieu de débats et d'enrichissement personnel si on respecte les pensées de l'autre. On peut ne pas les partager et l'exprimer poliment, en évitant de rabaisser l'autre.

    Je lance maintenant le débat en prenant comme sujet d'expérimentation le ci-nommé idiot gene (Idg pour les habitués) smile

    Je n'ai jamais été pris pour alcoolémie au volant.
    Pourtant, pendant tout un temps, j'ai bu. Et j'ai conduit. icon_confused
    Sans avoir d'accident heureusement (mais j'ai quand même abîmé deux jantes par imprécision en me garant :oops: ).
    J'ai donc eu de la chance. On peut le dire.

    Depuis huit ans, je suis revenu à la consommation d'alcool que j'avais avant le début de mes ennuis, soit ZERO verre par an! même pas une bière, même pas une coupe de champagne aux 20 ans de mon fils!
    Incapable d'ingérer cela. Même effet que si on me forçait  à bouffer une huître pourrie :sm10:
    Et ça ne me manque pas, ne me fait pas envie, ne me dérange pas si  l'autre boit (pas la même chose avec la fumée icon_mad)

    Vous pouvez donc vous poser deux questions légitimement:
    1° pourquoi me suis-je mis à boire et comment j'ai glissé jusqu'à la bouteille de scotch/jour? icon_eek
    2° comment ai-je pu en sortir?

    vous pouvez en ajouter une 3° wink
    comment savoir que ce que je dis n'est pas l'oeuvre d'un mytho pour ne pas avoir honte de déballer ça en public? avec tous ces gens malintentionnés? tous ces flics (et je ne pense pas qu'aux FDO en disant cela) qui gardent et utilisent ces informations dans le but de faire mal.

    Je vais commencer par la 3, ça sera plus simple et court.
    Pas de preuve que je ne suis pas mytho smile c'est à prendre ou a laisser
    je suis aussi, peut-être, un peu idiot icon_mrgreen
    mais je n'ai aucune gêne à ce propos big_smile
    et j'emmerde tout le monde, petits et grands, avec ou sans uniforme, cordialement, et cela depuis tout petit sm16

    Hélas, pour en venir au 1°, on a beau être costaud, on a tous un point faible, exploité un jour ou l'autre par un(e) autre Grrrr03.gif.
    Dans mon cas, c'est  assez banal,comme pour beaucoup d'hommes, à cause d'une femme. :roll:
    Une qu'on a décidé de respecter...et qui ne le mérite pas... et un jour, on commence par un verre pour se détendre... puis il en faut deux...puis 3 et de plus en plus pour obtenir une certaine décontraction, pour supporter l'insupportable, pour faire bonne figure, pour paraître, pour se donner une contenance...bref, on trouve toujours une (mauvaise) raison pour ne pas avoir le courage de dire ou faire ce qui est interdit: une grosse insulte dans la gueule et un pied au cul pour la foutre dehors. (he oui, l'alcool ne rend pas tout le monde violent).
    Quand on le fait enfin, c'est trop tard, les avocats s'en sont mêlé et c'est la merde :roll: , il faut dès lors passer  des années avec les affres de la "justice".

    Entretemps, on est devenu un peu..:sm20:.... et au boulot, il y en a toujours un(e) pour voir l'opportunité et l'intérêt de vous dégager .
    Et comme par hasard, on vient d'atteindre la quarantaine... on fait donc partie des vieux, aujourd'hui... et dans ce monde ou la frime arrogante des jeunes cons règne en maître (avec Tapie et NS comme maîtres de cérémonie icon_cool ) ça devient plus dur à retrouver un job.

    Alors, on écoute tous ces braves gens, ces gens si empathiques, si professionnels, qui ont des bons conseils (surtout s'ils sont payants n'est-ce pas icon_twisted ) qui vous font bien sentir que vous n'êtes qu'une merde, un pauvre type , que vous devriez lécher les bottes de tous ces sauveurs sm6  et revenir au prochain rendez-vous  :sm12: $$$

    et j'en arrive ainsi au 2° qui va battre en brèche tout ce qui se dit, y compris sur les sites gouvernementaux, y compris sur les rapports "d'experts" (pourtant pas inintéressants même si pénibles à lire) comme ici par exemple http://www2.securiteroutiere.gouv.fr/IMG/Synthese/00tauxalc.pdf (merci JPal wink ) y compris dans la presse, à la télé, par des hommes en cravate, en blouse blanche ou en pull écolo.

    Non, l'alcoolisme n'est pas une maladie! non, il n'y a pas de maladie alcoolique!
    C'est de la foutaise pour mieux asservir et écraser les usagers de l'alcool qui sont malades d'autre chose.
    C'est une arnaque intellectuelle de croire et faire croire qu'on a un problème avec l'alcool.
    L'alcool n'est pas un problème en soi (c'est l'usage et l'abus qu'on en fait qui en est un).
    L'alcool n'est qu'un pansement, un cache misère, un mauvais médicament qui obture des problèmes précédents et qui en fabrique d'autres en conséquence.

    L'alcool n'est qu'une excuse pour faire l'autruche sur des problèmes personnels, sentimentaux, sociaux, psychologiques bien plus profonds et durs à résoudre, ce que l'on a pas su faire de la meilleure manière avant.
    D'ailleurs, les toubibs les plus malins sont ceux qui vont vous faire travailler sur vos problèmes personnels avant de pouvoir arrêter l'alcool (je dis "arrêter", pas ralentir, car la maîtrise est illusoire; l'alcool, c'est une drogue, moins dure que la cigarette ou l'héroïne, mais une drogue quand même).

    Or, il y a des problèmes qu'on ne peut jamais régler (ni personne d'autre d'ailleurs). On peut remettre une jambe en plastique à un amputé, on ne peut pas lui remettre sa jambe aussi bien que ce qu'elle était avant la suite d'évènements qui l'ont fait disparaître.
    Et quand bien même? on peut remettre une bonne prothèse en titane, mais si on picole toujours, on se pétera encore et toujours la gueule.

    Donc, vaut mieux par commencer par le plus SIMPLE ( hé oui! choquant ce que j'écris!?) arrêter de boire du jour au lendemain!
    C'est ce qui marche le mieux avec un résultat immédiat qu'aucun médecin ni aucune assoc type Alcoolique Anonyme ne peut faire (parce que ça ne va pas dans le sens de leur intérêt vital si vous voyez ce que je veux dire). Cela étant, je ne dis pas que leur façon de faire est  nécessairement mauvaise, elle est peut-être plus appropriée à votre personnalité et/ou cas. Vous avez peut-être plus le besoin du soutien et/ou du regard d'un collectif collectif pour vous surveiller qu'un leader à l'esprit indépendant. A vous de voir si vous avez besoin d'une béquille ou si vous vous sentez assez fort pour changer de vie tout seul. Un détour par ces structures-là (centres d'addictologie, d'assuétudes, A.A. que l'on trouve dans presque toutes les communes à côté ou loin de chez vous) peut vous motiver à les suivre ou , au contraire, à devenir assez fort pour vous passer d'eux. Dans tous les cas, la victoire finale (l'abstinence, la déprogrammation de ce mythe de faux bonheur, alcool = plaisir) ne dépend que de votre désir d'améliorer votre vie. Sans un minimum de volonté, si vous vous gardez une parcelle d'objection pour justifier un suicide auto-larmoyant à petite dose, une exception pour une fête, pour un copain de régiment, c'est comme avec la clope: vous replongerez.


    Pourtant,s'arrêter de boire, ça ne fait pas mal contrairement à ce qu'on dit! C'est beaucoup beaucoup moins pénible physiquement et mentalement que le sevrage de la cigarette!. A titre de comparaison, mon expérience: la première fois que j'ai voulu arrêter mes 4 paquets de "gitane" jour, j'ai eu des vertiges très prononcés, fièvre pendant quelques jours, énervement et très mauvais caractère pendant plusieurs mois..plus 10kg de poids à chaque arrêt!... pas mal de fric dépensé en substitut nicotinique nécessaire, problèmes dentaires très onéreux à cause des chewing gum. Reprise d'une cigarette à la suite d'un gros énervement... replongé de plus belle pour refaire le retard de clopes...deux autres essais avant d'arrêter définitivement (sur 3 ans de pastille à la nicotine!) parce que c'était presque trop tard pour mes poumons qui sont de toutes façon limite (je préviens les pandores qui me font souffler dans le ballon que je risque la syncope par manque de capacités pulmonaires). Bref, 15 ans pour arrêter cette merde * de clope asphyxiante ( tiens, en passant, les fumeurs, faites cette expérience: retenez votre  respiration le plus longtemps possible tout en versant de l'acide chlorhydrique sur du béton ou des vieux outils rouillés et respirez un grand coup! vous saurez alors ce que ça fait pour un ex drogué comme vous lorsqu'il sent une clope à moins de deux mètres)

    J'ai arrêté l'alcool un dimanche après-midi.
    Après un bon repas chez un mauvais copain de beuverie. Parce que j'avais encore "soif" en sortant de chez lui. Je n'étais même pas bourré! Je n'avais même pas bu la moitié du seul verre d'apéro (un mauvais whisky), j'avais même pas bu le deuxième verre de son mauvais vin (alors que je lui avais apporté un grand cru la fois d'avant! icon_mad )
    il n'y avait que la poire qui était bonne (c'est moi aussi qui l'avait amenée :roll: ) et j'en aurais bien repris une deuxième :sm12: mais môssieur voulait faire sa sieste!
    Je me suis retrouvé dehors en ce jour où les bars de mon bled sont fermés...oh, il y aurait bien eu "l'arabe du coin" pour combler le vide total (pas la moindre bière ou Monchéri) que j'avais préparé à la maison depuis un certain temps...mais finalement...elle était là cette occasion qui fait le larron!!!
    J'avais pris la décision depuis longtemps. J'ai dit: cette poire était bien bonne et c'était la dernière et c'était la mienne, ça sera un bon souvenir!

    Depuis longtemps, je savais que ça n'était plus supportable, ces lendemains de gueule de bois, que je ne faisais rien de bon de ma vie avec ces pochtrons du bistrot que je n'intéressais que parce que je leur rinçais la gueule. Peu importe ce que j'avais à dire (étaient-ils seulement capable de le comprendre? non). Peu importe le besoin d'amitié que j'avais pour combler ce temps libre forcé du moment que je remette la tournée ou que j'accepte là leur, pour les accompagner dans leur propre déchéance.

    Le plus dur, le lendemain, ce fût justement de trouver autre chose comme passe temps. Ne pas aller au café picoler avec ces minables à qui je finissais par ressembler (car on est minable quand on a bu, même si ça n'est que le pastis ou le rosé du camping à midi). Que faire de mon temps -libre- ? icon_confused

    N'importe quoi. Tout est bon. Rien n'est idiot du moment qu'on le fasse! Je me serais même peut-être mis à faire du vélo, ou aller à la pêche, ou à collectionner des mouches.
    Je me suis remis à internet.
    Après dix ans d'absence, celui-ci avait bien évolué. On commençait à y voir des choses intéressantes. Découverte d'une communauté virtuelle sur un premier forum. Re sociabilisation. Après tout, toutes les assemblées humaines  sont faites, pour beaucoup,  de bras cassés qui espèrent retrouver une chaussure à leur pied icon_mrgreen lorsque ça n'est pas juste cette saleté de fric.

    Au troisième jour, c'était fini. Je n'avais plus de pensées spiritueuses icon_mrgreen , plus d'impressions de manque (pas physique mais surtout des "copains" plutôt que de la bibine).
    J'étais reparti sur autre chose. Et j'avais des vieux problèmes à régler.
    Cela a pris des années. Le temps passe. Certaines choses s'oublient, "on fait avec" les autres.
    Le principal, c'est d'avancer vers quelque chose de nouveau si possible, de construire autre chose, ailleurs peut-être. Ne pas regarder derrière avec regret. Le passé appartient au passé, il est ce qu'il est. Ca ne sert à rien de vouloir le revivre...par contre, il ne faut pas oublier ses enseignements... pour ne pas le revivre justement.

    Aussi, quand le copain est venu me relancer chez moi et a eu le culot de me vider une rasade du whisky (qu'il avait amené) dans mon coca lorsque j'avais quitté la pièce, il n' a pas compris pourquoi je lui ai réellement recraché à la figure! icon_eek
    hé oui, sans l'aide d'aucun médicament, on peut en arriver à avoir cet effet de rejet, comme si l'alcool était une grosse merde bien dégoulinante! :sm10: . Ne faites pas les âmes sensibles! l'alcool fait toujours vomir à un moment où l'autre, vous le savez pertinemment.

    Voilà. Il est donc possible de s'arrêter tout seul. Si je l'ai bien fait, pourquoi pas vous? Ca n'est pas une "question de volonté", mais juste d'une chose irrémédiable à faire comme un suicidaire a un flash subitement. Sauf que là, vous ne vous flinguez pas, vous flinguez la bouteille... mais pas par le goulot smile

    La méthode est simple et gratuite.

    1° prendre la décision de s'arrêter (longtemps à l'avance, s'il le faut c'est pas grave; pour cela, préparez les changements d'habitudes, faites une liste écrites des choses nouvelles que vous ferez, faites le bilan écrit des avantages et des inconvénients de picoler en étant méchant avec vous-même, comme si c'était votre pire ennemi qui se faisait un malin plaisir à faire votre procès...évidemment si vous vivez avec quelqu'un qui boit et qui ne veut pas s'arrêter ça risque d'être plus dur :sm19: )

    2° Sauter sur une occasion de le faire. (un départ en vacance ailleurs que d'habitude, partir avec d'autres gens etc, surtout pas de mauvais plan du genre: "le premier de l'an, j'arrête!" :roll:) choisissez le deux ou le 29/12 smile ) Souvenez-vous que les fêtes à l'improviste sont souvent meilleures que les planifiées rituéliques obligatoires comme le nouvel-an.

    3° Ne pas en faire une obsession culpabilisante ou pressée. Juste un but, comme si vous alliez vous payer un luxe, une jouissance paisible. Vous allez vous faire du bien wink

    4° Ne plus jamais faire marche arrière, ne jamais accepter un verre sous quelque prétexte ou influence que ce soit.
    Transformez l'incompréhension de votre premier "non" poli à votre "hôte", qui vous dit que vous allez l'offenser si vous ne buvez pas, en offense agressive réelle! avec insulte polie mais irrespectueuse du genre " je t'ai dit "non", tu peux le prendre mal, je m'en fous, je ne te servirai pas de prétexte pour te cacher de ton propre alcoolisme! icon_twisted et si ça ne te plaît pas, je dégage, d'ailleurs, je me demande ce que je fous chez des loosers drogués comme toi!" Faites le à voix haute et intelligible, sans haine mais fermement, droit dans les yeux. Si vous le faites en public : Succès et admiration garantis wink (une baffe aussi peut-être, mais là aussi vous serez gagnant socialement et l'autre encore plus enfoncé!)

    Évidemment, préparez vous à vous séparer , sans regret, de ce faux "ami" et de ses semblables. De fait, si vous parvenez à tourner les talons sur le champ sans éclat de voix, sans vous énerver (ni honte) vous trouverez la réjouissante et délicieuse assurance que vous avez gagné sur tous les plans, surtout celle de votre propre estime de vous-même.

    Vous ne perdrez rien d'autre que des mauvais compagnons. Vous gagnerez beaucoup. Vous réapprendrez, avec le temps, à vous amuser et à rire car on peut le faire sans alcool. Au moins on comprend pourquoi on rigole smile (ce qui n'est pas le cas avec l'alcool et pire encore avec le shit ). C'est le moment d'apprendre la persévérance... comme à la pêche: patience et ténacité.

    Certes, à cause de vos autres problèmes (dépression résultant de la perte de...? .., solitude, complexes, chômage etc) vous aurez peut-être quand même besoin d'un médecin et de ses poisons temporairement (car il faudra aussi un jour s'en passer pour retrouver une bonne santé). Mais ces problèmes seront d'autant mieux et plus vite résolus que vous ne boirez plus et que vous y ferez face en pleine conscience. Ca vous prendra plus de temps de vous passer d'antidépresseurs car il faut vraiment y aller progressivement, en décroissant les doses de ces saletés psychiques sinon graves dangers.

    Et puis, il y aura un plaisir impayable! incommensurable! c'est le fait de pouvoir rigoler franchement quand un poulet vous demandera de souffler dans le ballon! smile si dans un premier temps ils sont très dubitatifs, limite de mauvais poil, je constate qu'ils sont toujours contents quand ils voient sur leur appareil qu'on est vraiment sobre. tongue

    Voilà.
    Je ne vous ai pas parlé de mon meilleur ami d'enfance mort sur la rn7 des vacances à 10 ans, après l'heure de l'apéro, ni de mes deux autres copains du judo morts à 12 ans avec 6 autres blessés graves, tués en rang  sur le trottoir à 10 heures du mat' devant leur école par un ivrogne...parce que vous ne les avez pas connus...que cela ne les ramènera pas...ni d'autres choses qui pourraient attirer votre compassion...parce que, en ce qui me concerne, ça n'avance à rien et je n'ai pas été élevé à attendre de la pitié.

    Je n'ai pas non plus honte de vous faire part de ma petite expérience et je n'en retire aucune gloire, car il n'y a vraiment pas de quoi (puisque ça n'a pas été difficile du tout).

    Maintenant, pour les co..ards patentés qui voudraient me chercher des poux sur ce sujet parce qu'ils se croient à l'abri derrière leur écran, je leur réserverai une suite brutale comme dans la vraie vie :sm35: (et je ne parle pas de l'arme atomique du modérateur!) icon_twisted

    Pour lancer le débat, je reprendrai le * pour associer les dealers qui vivent de la mort des autres avec la cigarette comme avec l'alcool pour dire qu'il faudrait les poursuivre pénalement et fiscalement très fort. J'en parle à mon aise car j'ai connu, dans ma famille, la vente officielle et enrichissante de ces produits toxiques... ce qui les a tués aussi: cancer  du poumon, infarctus, et autres joyeusetés qui ont fait que les radio pulmonaires d'une non fumeuse font dire aux doctes hommes en blanc qu'il s'agit d'une grosse fumeuse!

    Certes, les marchands de vins ont bien lessivé les cerveaux au cours des âges pour persuader le brave français que l'alcool était bon... mais avec les ravages sociaux et familiaux, le nombre de morts et de blessés que l'usage non-maîtrisable (et pour cause puisqu'on sait depuis quelques années qu'ils ont mis des produits de dépendance physique dedans) comment est-il possible qu'on n'aie pas encore fait de procès pour empoisonnement, mise en danger de la vie, trafic et autres chefs d'inculpation que l'on réserve aux dealers des cités, aux grands dirigeants et actionnaires de ces entreprises NATIONALES- svp- ?
    parce qu'un de leurs employés fût ministre de  l'intérieur à la gueule aussi grande et sinistre  que son illustre sosie était comique?

    Donc, qu'est-ce que les nouveaux défenseurs de l'ordre et de la morale bio-écolo attendent pour poursuivre et redresser les receleurs des profits produits par leurs saletés de drogues?

    Enfin, c'est vrai qu'un bon Nuit Saint George ou Savigny les Beaune accompagne mieux  une côte de boeuf charolais qu'un coca... c'est vrai :roll:... mais on peut prendre aussi de l'eau à la place de cette saleté yankee pour mieux apprécier encore le goût naturel de la bête icon_mrgreen

    voilà... je vous laisse la place, respectueusement sm6

    un lien très intéressant, pour savoir où vous en êtes avec l'alcool http://www.alcoolinfoservice.fr/alcoometre/definir/identification.php

    0
  • Bidouyou #2 25-03-2010 20:35:37

    Bonsoir,

    On ne peut que constater que ces dernières années, les ravages de l’alcool n’ont cessé de s’amplifier.

    Le phénomène est de plus en plus prononcée chez les jeunes. Il existe une question sur laquelle il n’existe plus de réponse : « pourquoi je bois ? ». En effet, c’est devenu un effet de mode.

    Je n’ai que 36 ans, et à ce jour aucune infraction au code de la route à cause de l’alcoolémie. Mais je ne cesse de constater qu’autour de moi, certain use et abuse de l’alcool sans même ce poser la question de ce savoir ce qu’il encourt et de ce qu’ils font encourir au autre.

    Dans mon activité professionnelle, mes collègues et moi-même sortont de temps à autre pour des soirées payées par notre société. Je suis toujours atterré de voir mes jeunes collègues (20 à 25 ans), se « déchirer » la tronche à boire une bouteille de whisky à trois, le soir à minuit sur le capot d’une voiture et le tout sur un parking. De plus, d’autres éléments perturbateurs viennent se greffer dessus comme le canabis. Donc ces personnes prennent par la suite la volant sous l’empire alcoolique et sous l’empire de produit stupéfiant, ça me sidère !!!

    Et quand on leur pose la question « pourquoi », il n’y a aucune réponse plausible. Il n’est pas rare n’ont plus de voir des personnes passées pour des nazes sont prétexte qu’il ne boive pas d’alcool, et cela devient donc un phénomène de groupe.

    Je ne peux pas relater des faits vécus par le ravage de l’alcool au volant, car je n’ai heureusement été touché comme l’a pu l’être yaya, mais je ne peux que constater ce phénomène de plus en plus répandu, comme nous pouvons le voir sur les documentaires télévisées que certaines chaînes nous matraquent à longueur de semaine.

    Maintenant je reste persuadés qu’il faille réprimer très sévèrement ce genre de comportement au volant, car entre les mains de ces personnes, la voiture se transforme en une arme de destruction massive. Car dans les textes, les sanctions encourues sont très lourdes (peine de prison, annulation du permis, et obligation de soin), mais peu suivi de fait. Il n’est pas rare de voir des mises en cause ne pas suivre l’obligation de soin, sans compter ceux qui continuent de conduire sans permis.

    Il faut vraiment faire quelque chose pour « sauver » ces personnes de l’alcool, et faire comprendre aux jeunes, mais aussi au moins jeunes, que leur comportement est risqué, et qu’ils peuvent briser toute une famille par leur comportement irresponsable. Mais d’un autre coté, comment dire à un jeune de ne pas prendre d’alcool, quand la pinte de bière ou le verre de whisky est moins chère qu’un soft comme un coca ou un jus d’orange !!

    Je finirais mon message en disant à toutes ces personnes qui ce reconnaissent ici, de ne pas voir un jugement de ma part, mais seulement qu’une prise de conscience est urgente.

    Cordialement

    0
  • idiot gene #3 25-03-2010 22:43:45

    bonsoir

    merci Bidouyou d'avoir exposé ton point de vue et fait part de constatations que beaucoup ont faites également, sans savoir comment trop dire et trop faire...car on passe effectivement pour des nazes et cie avec ces gros malins et malignes (car le nombre de femmes qui picolent grave est aussi énorme que les mecs...sauf qu'elles se dissimulent mieux ).

    je rebondirai sur un point qui ne va pas me procurer des amis icon_mrgreen

    Citation

    Mais d’un autre coté, comment dire à un jeune de ne pas prendre d’alcool, quand la pinte de bière ou le verre de whisky est moins chère qu’un soft comme un coca ou un jus d’orange

    Même si on m'oppose que ce que je vais écrire va profiter au trafic sous terrain et aux mafieux, ce que je conçois très bien (ce qui justifiera d'autant plus le nécessaire travail des FDO et des douanes) je voudrais faire ici un parallèle avec l'hypocrisie qui a entouré la disparition de la Seita (le tabac).

    Je ne me souviens pas avoir vu de tollé de la part des syndicats ni même des buralistes lorsque la Seita a déménagé ailleurs avant de se faire "racheter" par d'autres compagnies...espagnoles..Dominicaines..;africaines?
    Pourquoi a-t-on laissé disparaître ainsi une grosse source de profit pour l'Etat et quelques uns de ses gros employés?
    Je répondrai : pour éviter d'avoir à faire face à des procès aussi énorme que Philip Morris aux States même si , en France, il n'y a aucun espoir de s'enrichir, ni même de récupérer  la "contre-valeur" d'un mort ou d'un handicapé lourd causé par, ou avec la complcitié, de l'Etat. Il n'y a qu'à voir comment celui-ci s'est comporté avec le sang contaminé, avec l'amiante, avec les irradiés et comment il se comporte aujourd'hui avec les nanotechnologies, ogm etc

    L'alcool est encore aux mains de quelques dealers français, LVMH, Camu etc mais de plus en plus expatriés, trans nationalisés, croisés avec d'autres comme le compère canadien d'Albert Frère... rien que des sinistres personnages qui partagent avec les trafiquants de drogues l'amour aussi immodéré pour l'argent qu'ils ont de mépris pour le commun des mortels, le faible qui tombe dans leurs pièges en particulier.

    Il me semble donc que si l'ont veut agir préventivement, il faut ratisser plus large que la simple répression policière et le préchi-précha de moralisateurs patentés que l'on ressort à tout bout de champ à la télé...et qui font naturellement fuir ceux qui sont concernés. (ce qui explique aussi le peu de réactions à cette file? icon_confused )

    Il conviendrait, me semble-t-il, que les taxes sur les alcools soient relevées mais aussi que la responsabilité pénale des bistrotiers, restaurateurs et distributeurs de boissons alcoolisées soient engagée plus fermement, notamment en cas d'accidents avec blessés en leur collant une complicité de coups et blessures a minima. Donc pas seulement quand il y a un mort. (et ici, j'attends les juristes icon_mrgreen )

    0
  • Bidouyou #4 01-04-2010 21:19:10

    je constate que malheureuement ce post n'attire pas de commentaires !!

    Je reste toujours effaré par le nombre de post dans la rubrique "Droit Pénal - Code de la route" traitant des problèmes d'alcool ou de drogue. Mais ce qui me gène le plus, outre le fait des infractions commises, c'est le motif de la publication d'un post.

    En effet, il ressort bien souvent "comment contester ou vice de procédure, etc ..." plutôt que "comment faire pour ne pas recommencer, ou où suivre une cure de desintox"

    Certains arrivent à battre des records

    J'en reste parfois muet en lisant les posts de cette rubrique ....

    Et vous, qu'en pensez vous ??

    0
  • Papymèche #5 01-04-2010 23:10:22

    Bonjour Bidouyou

    Voyez le positif. Si vous cherchez dans les files anciennes, vous verrez qu' il y a parfois de très bonnes surprises. Je ne vous donnerai pas de lien, car ces personnes qui sont venues sur le forum, je ne me sens pas le droit, de les ramener à la lumière, ni sur ce forum public, ni en MP, alors qu' on ne les voient plus sur le forum.

    C' est à mon sens respecter le droit à l' oubli, qu' il y ait un pseudo ou pas.

    Ne serait-ce que pour ces personnes, si ce forum a pu les aider à reprendre leur vie en main, il ne faut pas désespèrer des autres.

    Je lis cette file chaque fois que j' y vois un nouveau post. Je ne dois pas être le seul.

    0
  • idiot gene #6 02-04-2010 01:19:57

    bonjour Bidouyou,

    oui, je fais le même triste constat que vous sad

    je faisais part de mes doutes à Yaya85 il y a quelques jours: "est-ce que j'enlève l'épinglé pour laisser cette file disparaître sous le tas, comme les autres ?"

    C'est peut-être prématuré ? icon_confused

    Le sujet est dur à aborder sans tomber dans le règlement de compte ou le prêchi-prêcha pour une méthode médicale plutôt qu'une autre. Or, ça n'est pas le débat. Nous ne sommes absolument pas un forum de santé... il y en a de plus connu avec des spécialistes et des pros...

    donc mon idée était plutôt de briser le tabou, que ceux qui ont dépassé le stade de la honte ou de la culpabilité puissent apporter leur témoignage, que cela servent de petite lumière, de petit repère, auquel ceux qui y sont confronter pourront peut-être trouver un début de solution.

    C'est le côté prise de conscience de son propre rôle et impact dans la société qui me semble intéressant à montrer...avant qu'on ne voit arriver, désespérés, fuyants la réalité ou leur responsabilité, ceux qui se retrouvent impliqués dans un accident.

    Parce que faire la morale lorsque le mal est fait... à quoi ça sert? faire un peu plus mal? comme si tirer sur une ambulance allait aider le malade à s'en tirer?
    Lorsque les gens viennent avec leur pv, leur problème d'assurance ou de tribunal...de toute façon c'est trop tard: ils sont dans la mouise et à la merci des hommes en noir... et ils ne vont rien comprendre à ce qui va leur arriver parce qu'ils ne sont pas instruits des moeurs judiciaires et ils ne sont pas assez lucides pour voir ce en quoi leur comportement d'homme est répréhensible, anti-social et inacceptable.

    Donc, c'est ici qu'on peut le faire, ils peuvent venir...chercher le début d'une solution pour arrêter la glissade progressive vers les catastrophes qui s'enchaînent: alcool->pv-> fâché-> alcool->divorce->alcool->controle, pv, suspension permis->perte de boulot-> alcool++-> ruine->alcool+conduite sans permis=accident avec blessé-> assurance lache et se retourne= endettement à vie.. devenir esclave...>???

    La société (et pas que Sarko et son gang) deviennent de plus en plus liberticide.
    Sans doute est-ce normal après une période de liberté poussée à l'excès par les marchands: les vices deviennent des plaisirs... je ne suis pas croyant mais il y a quand même quelques fines observations sur les faiblesses humaines dans les livres sacrés des religions.

    D'une période sombre, sévère, après les Lumières on aurait pu croire que l'Homme allait devenir Libre, ressembler à l'idéal anarchiste (qui n'a pas besoin de coercition , étymologiquement) Qu'il devenait assez instruit pour être conscient de ses actes, être sage et raisonnable dans ses choix.

    Il n'en a rien été sad  la faute à.... chacun...tout le monde... le système capitaliste est ses adorateurs du Veaux d'or, Money! au détriment de la raison. Produire de plus en plus comme des fous...résultats: les fous ont besoin de se défoncer.

    Et on y est dans cette société de fous sad où il et normal de picoler et de fumer du shit à toute heure.  Et ils ne se rendent vraiment pas compte qu'ils sont devenus inaptes, aveuglés par leur abêtissement profond auquel les Hortefeux et autres cervelles atrophiées, sans imagination, sans intelligence ne voient que le coup de trique, la prison!
    Ca ne marche pas!

    Il faut tenter toutes les voies.

    Celle-ci se veut une autre. complémentaire.

    Alors, je me dis que si au moins, sans oser poster, sans avoir le besoin de poster, si l'internaute a déjà lu jusqu'ici...c'est que son cas n'est pas si désespéré...que ceci va peut-être lui redonner le coup de pouce pour reprendre sa destinée en main.

    Angélique l'Idg? oui..peut-être...et alors?

    0
  • Bidouyou #7 02-04-2010 11:57:33
    Citation de Papymèche
    Je ne vous donnerai pas de lien, car ces personnes qui sont venues sur le forum, je ne me sens pas le droit, de les ramener à la lumière, ni sur ce forum public, ni en MP

    suite à cela, vous avez tout à fait raison.

    Pour cela, j'ai modifier mon précédent message et retirer les liens vers des files qui m'ont "choqué" afin de ne pas pointez du doigt ces personnes.

    Cela étant, je ne peux qu'esperer que cette file sera lu et pourra ainsi servir à ceux qui sont concerné par des problèmes d'alcoolisme ou de "fumette".

    Loin de moi de porter un jugement négatif à leur égard, mais je souhaite simplement que ces personnes puissent un jour comprendre avant qu'il soit trop tard, que leur comportement est destructif.

    Destructif pour eux même, pour leur famille, et les autres usagers de la route. Car le problème est bien là ..... l'alcool au volant.

    Je n'ai pas pour ambition de combattre l'alcoolisme par le biais de cette file, alors même qu'il existe des personnes plus qualifiés que moi pour venir en aide à ces personnes (medecin spécialisé, psychologue, etc ...)

    Je souhaite simplement faire comprendre qu'il n'est pas interdit de boire (car c'est légal) mais qu'il est non seulement interdit mais surtout dangereux de conduire après avoir consommé de l'alcool.

    Bien à vous .....

    0
  • Papymèche #8 02-04-2010 12:22:57

    Bonjour Bidouyou

    Sujet difficile dans lequel il faut de la mesure. Toujours sm6

    0
Écrivez votre message ci-dessous