L’Argus : cote auto, voiture d’occasion et actualité auto

coup du lapin : victime ou escroc?

Discussion fermée
  1. 1
  2. 2
  • estrella13 #1 14-03-2006 20:47:35

    Bonjour,
    mon mari a eu un petit accident il y a quelques mois, il a embouti une camionnette au démarrage d'un rond point, pensant que celui-ci démarrait, le choc a donc eu lieu à une si faible allure, que la camionnette n'a rien eu comme dégâts, contrairement à notre voiture, dont tout l'avant est embouti.
    Comme ni l'un ni l'autre n'avaient de constat, ils ont demandé aux voitures qui passaient si elles en avaient, personne n'en avait. Le conducteur de la camionnette courait partout de gauche et de droite, puis il est venu demander à mon mari s'il était assuré, et là il a soudain décidé d'appeler les pompiers, les gendarmes, tout le bazar...
    Alors PV de police, il a commencé à se plaindre du cou et s'est fait emmener par les pompiers, alors qu'il jouait visiblement la comédie.
    Malheureusement pour nous, mon mari n'était pas assuré (eh oui, ça peut arriver) sur ce véhicule, et peu après nous avons reçu un courrier du FOnd de Garantie pour nous réclamer 300 EUR, puis récemment un autre 1500 EUR de plus, qu'ils auraient versé à titre de provision à ce monsieur!
    Aucun justificatif, aucun courrier en recommandé, uniquement des lettres réclamant le remboursement de ces sommes.
    Nous avions contacté le FG au temps des 300 EUR, et la dame nous a dit qu'il y aurait expertise médicale, mais nous n'avons eu aucune nouvelle. Elle nous a aussi dit que ce monsieur aurait eu un ancien accident au cours duquel il avait eu des lésions coup du lapin, et qu'il voyait peut-être là un moyen de se faire indemniser une 2ème fois. Maintenant ils ont versé de nouveau 1500 EUR et c'est à nous de tout payer, sans aucun justificatif, aucune preuve que ce monsieur souffre bien comme il le prétend, et surtout, sachant que le jour de l'accident il allait tout à fait bien!
    Comment pourrait-il avoir eu le coup du lapin avec un choc à 2km/h (PV police), et aucun dégâts à sa camionnette (en plus il était plus haut)? Je me suis renseignée et d'après ce que j'ai lu lorsqu'on a un coup du lapin, on a des vertiges et on ne tient pas debout. Il courait partout!

    Mon père me dit que lorsqu'il y a une somme à verser à une victime, elle doit d'abord être versée sur un compte bloqué à la Caisse des Dépots et Consignations, et qu'en l'absence d'une décision de justice, nous ne devons rien payer à qui que ce soit. Le FG a-t-il le droit de verser comme ça des sommes sans vérifier le préjudice, et surtout de les réclamer auprès de l'auteur du préjudice présumé sans que ce préjudice soit prouvé comme bien réel?
    Que devons-nous faire pour nous défendre? QUelqu'un a-t-il connu le cas?
    icon_eek
    Merci d'avance,

    0
  • Xill #2 14-03-2006 23:27:27

    Bonsoir,

    Désolé, mais je n'ai pas de bonnes nouvelles pour vous.

    Tout d'abord, le problèmes concernant les cervicales n'apparaissent pas toujours immédiatement après l'accident.

    Donc, vu l'état de votre véhicule après le choc, il est bien possible que le conducteur adverse ne soit pas un simulateur.

    Ensuite,le FGA est obligé d'indemniser les victimes en lieu et place de votre assureur (puisque vous n'aviez pas de contrat). Il est moins onéreux que l'indemnisation soit transactionnelle (une indemnisation fixée par un tribunal serait plus élevé). D'où le mode rapide d'indemnisation du FGA.

    L'indemnisation est dans un premier temps "provisionnelle" et correspond en général aux pertes de salaires, et frais de soin.

    L'indemnisation définitive n'a lieu qu'après guérison, ou après consolidation + expertise médicale.

    Les frais seront à votre charge... Le fait que le conducteur adverse ait déjà subi un accident n'est pas une bonne chose pour vous, au contraire... En effet, ses vertèbres sont plus sensibles, et les risques de séquelles sont plus importants, en cas de second accident...

    A titre d'exemple, pour vous donner un ordre d'idée, pour 15 jours d'arrêt de travail et 2 % d'incapacité (entorse cervicale, soit de légères blessures), j'ai obtenu en 2002  3 500 euros (hors pertes de salaire).

    Sachez enfin que vous n'avez pas de possibilité de vous faire communiquer les "preuves" de son préjudice, protégées par le secret médical.

    Vous devriez par contre pouvoir avoir connaissance des séquelles (exprimées en %), et des souffrances endurées (échelles de 1 à 7), en le demandant (gentillement) après l'expertise médicale, si elle a lieu.

    A vous lire,

    Xill

    0
  • estrella13 #3 15-03-2006 12:12:26

    Merci pour votre réponse, même si elle ne m'enchante pas... je suis un peu désemparée car pour un tout petit boum, ça risque de nous coûter un maximum!!!
    En réalité notre voiture avait déjà subi des dégâts à l'avant, quelqu'un ayant reculé dessus dans un parking l'été dernier.
    nous avions remplacé le phare avant droit suite à ce premier accident, et attendions d'avoir les finances pour réparer le capot et la calandre.
    Dans ce second choc, le pare-choc a été un peu enfoncé, et le phare a reculé un peu aussi, mais rien d'autre n'a bougé, pas même le radiateur qui est resté intact.
    Je n'étais pas moi-même sur place, mais d'après ce que mon époux m'a expliqué, le comportement de la victime s'est transformé à la minute qui a suivi sa question sur notre assurance (c'est ce qui nous fait penser qu'il simule), sans compter que les pompiers n'avaient pas du tout l'air de prendre ce monsieur au sérieux, bien qu'ils l'ait emmené avec eux sur sa demande.
    Notre véhicule est toujours en l'état puisque le moteur a lâché avant que nous l'ayons fait réparer (heureusement) donc nous en avons acheté un autre ensuite.
    Comment savoir si ce monsieur est un simulateur ou pas? La dame du FG dit que l'expertise déterminera s'il a eu réellement des lésions suite à cet accident ou si elles sont plus anciennes, et en fonction de cela nous serions remboursés, mais d'après ce que j'ai lu sur internet, le coup du lapin est une blessure mal connue, donc j'ai l'impression que dans le doute ils lui donneront de toute façon raison...

    0
  • Xill #4 15-03-2006 22:38:25

    Bonsoir,

    Le "coup du lapin" peut se traduire soit en cervicalgies (douleurs), soit en entorse cervicale (avec une visibilité à la radiographie).

    Dans le cas de cervicalgies, le plus gros de l'indemnité sert à payer les pertes de salaire, les autres postes de préjudice étant indemnisés pour moins de 1.000 euros (moyenne).

    Bien que très bien connues, rien ne permet de déceler des cervicalgies sur une radio (et pour cause, seules les douleurs ressenties permettent de définir les cervicalgies).

    Par contre, s'il s'agit d'une entorse cervicale, quelque chose devrait apparaître à la radio (inversion de courbure par exemple).

    Xill

    0
  • estrella13 #5 18-03-2006 13:46:12

    Bonjour,

    merci pour ces informations, mais je me pose encore une question? Lorsqu'il y a un arrêt de travail, n'est-ce pas la Sécu qui verse des indemnités journalières? Ou alors est-ce la différence entre le salaire et les IJ de la Sécu que nous devons rembourser?

    Merci encore et bon week-end

    0
  • Xill #6 21-03-2006 21:47:34

    Bonsoir,

    Désolé, je répond avec retard, suite à un problème de connexion...

    La CPAM verse les Indemnités Journalières, mais dispose d'un recours contre le responsable de l'accident (en pratique, d'abord contre le FGA, puis le FGA contre vous).

    Bien sûr, la victime dispose elle aussi d'un recours pour la différence entre la perte de revenus et les IJ versées par la CPAM.

    C'est la même chose pour les frais de soins.

    Xill

    0
  • rexxys #7 08-07-2007 05:10:53

    Un petit boom , il m'est arrivé la meme histoire dsn des bouchons, on etait a l'arret et la personne de derriere a decide d'avancer, maintennat j'ai des vertige et suis incapable de faire de nombreuse chose, alors un petit boom qui fais tres mal , vous feriez mieux de vous préocuper de la personnes qui elle souffre

    0
  • CamilleA #8 09-07-2007 14:44:01

    Bonjour,
    Oui, mais, en principe, ça se traduit par un certificat médical qui liste les séquelles, la question n'est pas de se préoccuper des personnes qui souffrent ou pas, mais de vérifier qu'elles souffrent réellement avant de s'en occuper... Et que ce dont elles souffrent est bien consécutif à l'accident et pas d'un problème antérieur.

    0
Partager sur Facebook
  1. 1
  2. 2