Conseil sur la route

Voyager avec une caravane : les précautions indispensables

Mise à jour le 13/05/2014 par Lameuse Christian

On ne tracte pas une caravane comme on conduit une Smart ! Plus lourd, plus large, plus long, et donc moins réactif, un tel attelage requiert des réflexes spécifiques ainsi qu’un sens aiguisé de l’anticipation. Tour d’horizon.

 

Permis et formation

Si les règles propres au remorquage demeurent inchangées, la réforme entrée en vigueur en janvier 2013 a apporté quelques modifications concernant la formation à la conduite et les catégories de permis. Les voici :

 

Le permis B est suffisant pour tracter, à l’aide d’une voiture, une remorque ou une semi-remorque dont le poids total autorisé en charge (PTAC) n’excède pas 750 kg.

 

La formation B96 est nécessaire dès lors que la somme des PTAC (véhicule + remorque) est supérieure à 3 500 kg et n’excède pas 4 250 kg (lire ci-dessous). Cet apprentissage dure sept heures et s’organise en deux temps sur une seule journée : une séquence hors circulation (HC) et une autre en circulation (CIR). La première, d’une durée de quatre heures, mêle théorie et pratique. La seconde, d’une durée de trois heures, permet de se familiariser avec les spécificités liées à la conduite du type d’attelage concerné. Dans le cadre de cette formation, il n’y a ni examen, ni contrôle, ni visite médicale. Compter entre 250 et 300 euros.

 

Le permis BE est obligatoire dès lors que la somme des PTAC excède 4 250 kg, ceci dans la limite de 7 000 kg de poids total roulant autorisé (PTRA).

 

 

Les réflexes à adopter

 

Tracter une caravane ou une remorque exige un minimum d’expérience car la nature même d’un attelage modifie les règles du jeu, lois de la physique obligent…

 

Avant le départ

- Prenez le temps de parcourir quelques kilomètres, si vous n’avez pas effectué de voyage avec une caravane pendant une longue période. Ceci vous permettra de retrouver les sensations et les réflexes propres à ce type de conduite.

- Contrôlez l’état de l’attelage, notamment au niveau de la suspension, des rétroviseurs et de l’éclairage.

- Accordez une attention toute particulière aux pneumatiques. Car, durant une longue période de stationnement, ceux-ci ont tendance à s’ovaliser. Remplacez-les au moins une fois tous les six ans, même s’ils semblent intacts en apparence. À défaut de préconisation constructeur, gonflez-les à 2,5 bars s’il s’agit de modèles standard, ou à 3 bars s’il s’agit de modèles renforcés. Par ailleurs, si vous roulez très chargé, ce qui est souvent le cas des adeptes du caravaning, augmentez la pression de 0,5 bars.

- Chargez raisonnablement votre caravane. Même si l’aménagement de votre modèle incite à y caser beaucoup d’affaires, réfrénez vos ardeurs. Que ce soit au niveau de la flèche (la boule d’attelage) ou de la partie arrière, un poids trop important peut être source de déséquilibre.

 

Sur la route

- Maîtrisez votre vitesse et roulez de façon homogène. Si le PTAR du véhicule tracteur dépasse 3,5 tonnes, la vitesse maximale autorisée est de 90 km/h sur autoroute, et de 80 km/h sur les autres routes. Surtout, ne cédez pas à la tentation de rouler plus vite en descente, notamment pour entreprendre un dépassement, ce qui vous exposerait au risque de « mise en lacet » (lire ci-dessous).

Maintenez scrupuleusement les distances de sécurité. C’est mathématique : plus un véhicule est lourd, plus la distance nécessaire pour s’immobiliser est importante. Il est donc vivement conseillé de ralentir plus tôt qu’avec une simple voiture et d’anticiper en regardant au loin.

Dépassez avec la plus grande prudence. Cette précaution vaut surtout lorsqu’il s’agit de doubler un poids lourd. Le déplacement d’air qui s’ensuit peut en effet déséquilibrer votre attelage. C’est pourquoi la vitesse à atteindre dans un tel cas ne doit pas être de beaucoup supérieure à celle du camion. Veillez aussi à ce que l’espace vous séparant du poids lourd soit amplement suffisant.

Évitez les centres-ville. Les dimensions qui caractérisent votre attelage sont peu compatibles avec la conduite en zone urbaine. Dans la mesure du possible, circulez sur les grands axes.

 

 

La « mise en lacet », bête noire des caravaniers

C’est le moment à partir duquel la caravane se met à osciller et à zigzaguer, ces mouvements s’amplifiant jusqu’à un éventuel renversement. Ce phénomène peut avoir plusieurs causes : un fort vent latéral, un déplacement d’air brutal à proximité d’un poids lourd, une brusque modification de la trajectoire, une mauvaise appréciation de la situation (sensibilité particulière au revêtement, distance d’arrêt allongée, etc.) ou encore un mauvais équilibrage de l’attelage. Bon à savoir : une signalisation spécifique est présente au sommet de certaines descentes, destinée à vous alerter sur ce risque.

 

 

Ce que dit le code de la route

• Un espacement de 50 mètres est obligatoire entre deux véhicules de 3,5 tonnes ou ensembles de véhicules de plus de 7 mètres de long se suivant à la même vitesse (art. R412-12 du code de la route). Contrevenir à cette règle est passible d’une contravention de la quatrième classe (voir notre fiche « Les classes de contraventions »), voire d’une suspension de permis de trois ans au plus.

• Lorsque le conducteur d’un véhicule dit lent (ne pouvant rouler à plus de 60 km/h sur une portion de route donnée) circule sur une voie destinée à son usage, il a la possibilité d’emprunter temporairement la voie située immédiatement à gauche pour dépasser un véhicule (art. R422-1).

• Le dépassement sur la troisième de voie de gauche, lorsque celle-ci existe, est interdit aux véhicules dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes ou la longueur, supérieure à 7 mètres (art. 412-25). Enfreindre cette règle est passible d’une contravention de la deuxième classe (voir notre fiche « Les classes de contraventions »).

 

 

Quid de l’assurance ?

Dès lors que le poids de votre caravane dépasse 750 kg, une assurance dédiée est obligatoire. Dans le contraire, contactez votre assureur afin de déterminer si votre police automobile couvre également la caravane. Il se peut qu’il vous propose des aménagements particuliers.